Actualités

Evénements 09 Oct 2009 12:16

5 octobre 2009

Pierre Fluche : hommage à un emmerdeur comme on les aime…

091005 Commémoration FLUCHE 1

LA FGTB de VERVIERS ET COMMUNAUTE GERMANOPHONE SALUE RESPECTUEUSEMENT LA MEMOIRE DE CES MILITANTS. DANS LA FOULEE DE PRECURSEURS, AVEC DES FOULES D’ANONYMES,  ILS ONT CHANGE LE MONDE !!!  ILS ONT TRANSFORME LA SOCIETE ET AMELIORE LA VIE DE LEURS CONTEMPORAINS,  DE LEURS ENFANTS…

Divers 28 Sep 2009 09:45

090928 fédéralisme et réformes de structure

Fédéralisme et réformes de structure !

Après avoir vidé les caisses de l’Etat fédéral pendant trente ans, les libéraux de tous bords veulent aujourd’hui que les Régions participent au renflouement d’une dette publique creusée en quelques nuits pour renflouer les banques. Ne pas s’y opposer, c’est accepter le sacrifice du redéploiement économique de Bruxelles et de la Wallonie. Et pour les travailleurs, c’est passer une troisième fois à la caisse !

Edito de Nico Cué, 24/09/2009.

Natixis est une banque de financement et d’investissement française. Dans le bulletin de septembre de son service d’études, Patrick Artus prévient : « Si l’exigence de rentabilité du capital reste la même dans les pays de l’OCDE que celle qu’elle était avant la crise, le freinage durable de la croissance imposera aux entreprises de comprimer fortement les coûts salariaux ». La « situation sociale (risque de) devenir très tendue aux Etats-Unis, en Europe et au Japon ».

Les travailleurs paient une crise dont ils ne sont pas responsables par un accroissement spectaculaire du chômage. Demain, ils contribueraient une seconde fois par le freinage des salaires ?

Et, dans le même temps, pour ceux qui ont profité de rémunérations obscènes, fait preuve d’une incompétence dangereuse et d’une irresponsabilité sans bornes, ce serait le retour à la «normale » ? A la collectivité de régler la facture de leur cupidité et de leur légèreté ? Déjà les banques renouent avec les bénéfices, avec les provisions comptables pour les étrennes des traders et une institution dont l’Etat belge est le premier actionnaire investit dans des paradis fiscaux où, bien sûr, la mer a des reflets d’argent.

C’est trop. Même le plus mauvais ministre des Finances du monde, le nôtre, finit par penser qu’il serait juste que les banques participent à l’effort. Ce renoncement au souci constant de servir les intérêts des puissants de la part d’un homme qui renonce avec difficulté - comme en témoignent les problèmes de sa formation politique- est significatif. Si bien que la question de la nécessité de sortir de cette crise du capitalisme mérite d’être envisagée comme une opportunité de sortir… du capitalisme, à la faveur de la crise !

Inverser le raisonnement revient alors à renouer avec les valeurs portées il y aura bientôt 50 ans par André Renard et les travailleurs de l’hiver ‘60 : celles des réformes de structure ! L’affligeant spectacle de la débâcle financière privée était un motif suffisant pour réclamer la socialisation du secteur du crédit. D’autres arguments militent, au minimum, pour une réouverture du débat (le fait que dans une société marchande, l’accès au crédit, la sécurité des dépôts et de l’épargne font figure de « bien commun », cette garantie doit pouvoir résister aux chocs systémiques, la création monétaire – privilège régalien – doit être contrôlée ; or, elle relève aujourd’hui d’une pratique usuelle d’institutions privées…).

Après avoir vidé les caisses de l’Etat fédéral pendant trente ans, les libéraux de tous bords entendent aujourd’hui que les Régions participent au renflouement d’une dette publique fédérale creusée en quelques nuits pour renflouer les institutions financières belges. Ne pas s’y opposer, c’est accepter le sacrifice du redéploiement économique de Bruxelles et de la Wallonie. C’est malmener le fédéralisme et, pour les travailleurs, c’est passer une troisième fois à la caisse !

Nico Cué, Secrétaire général de la MWB-FGTB

Informations 18 Sep 2009 11:16

Café politique 21 septembre 2009

090917 café politique sept 09

Evénements 17 Sep 2009 10:20

Interim day à Verviers

Hier matin, une délégation de la FGTB Verviers a remis à la Poste son diplôme d'utilisateur abusif d'intérimaire

090917 remise du diplôme à la poste

090917 le diplôme

L'action s'est poursuivie par une distribution de l'Interim Day devant les agences intérimaires et à la gare

090917 information devant agences

 

090917 information à la gare

Presse 17 Sep 2009 09:51

Interim day

 

FGTB Coordination Interim

rue Haute 26-28

1000   Bruxelles

Mercredi 16 septembre

Communiqué de presse

 

5e journée des droits des intérimaires

 

La FGTB renforce la lutte contre les discriminations et les abus

Aujourd’hui, la FGTB mène des actions pour les droits des intérimaires à travers le pays.

Le journal de l’intérim, The Interim Times, est distribué dans les gares et aux portes des entreprises. Des actions ludiques sont également organisées comme l’inauguration du monument de l’intérimaire à 10h à Hasselt, Thonissenlaan; ou encore une parade à Liège, à 14h, départ de la Place Saint-Paul. Des actions sont aussi prévues dans toutes les autres villes. Dans divers endroits, des ‘Diplômes pour l’utilisation abusive d’intérimaires’ seront remis aux entreprises qui ne respectent pas la réglementation.

A Bruxelles, un séminaire européen sur l’intérim est organisé, avec deux thèmes à l’agenda: la transposition de la directive européenne sur l’intérim dans les différents pays membres et la problématique des discriminations à l’embauche.

L’actualité montre qu’il est indispensable d’améliorer les droits des intérimaires. Avec leur statut précaire, les intérimaires sont les premières victimes de la crise, avec un recul du nombre de contrats de 25%. Qu’il s’agisse de contrats hebdomadaires et même à la journée ou de missions qui durent des années sans engagement fixe à la clé, pour les intérimaires, cela signifie de l’insécurité et même de la vulnérabilité. Et en plus, on constate qu’il y a des discriminations. Certains clients ne veulent pas de personnes de couleur et certains bureaux d’intérim ont tendance à les satisfaire. Les témoignages et les plaintes sont trop nombreux pour ignorer le problème.

La FGTB entend combattre ces discriminations. Une approche ferme s’impose, c’est pour cette raison que la FGTB propose une série de dispositions.

  • Mise sur pied d’un programme de sensibilisation des délégués syndicaux à la problématique des discriminations.
  • Développement d’une méthode scientifique pour déceler les discriminations dans les entreprises, en collaboration avec des universités.
  • Action systématique devant les tribunaux lorsque la FGTB constatera des flagrants délits de discrimination.

La FGTB veut aussi lutter contre toutes les formes d’abus dont les intérimaires sont victimes. La directive européenne sur le travail intérimaire impose l’égalité de traitement pour les intérimaires. Mais le texte doit encore être transposé dans les 25 pays de l’Union.

  • La FGTB appelle ses partenaires syndicaux européens à mener des actions pour que la directive européenne sur l’égalité de traitement  des intérimaires devienne une réalité. La FGTB demande à UNI Europa, la fédération syndicale européenne active dans le secteur de l’intérim, de lancer cette mobilisation.

Enfin, la FGTB demande la plus grande vigilance pour le futur. Lorsque l’économie sera remise sur les rails et lorsque les entreprises embaucheront à nouveau, le risque sera grand de les voir privilégier les contrats intérimaires et précaires. Le droit à un emploi stable s’en trouverait encore plus menacé.

  • La FGTB demande à toutes les délégations syndicales de réfléchir à cette évolution et de s’y préparer.
  • Dans ce contexte, la FGTB souhaite aussi que les négociations arrêtées unilatéralement par la fédération des employeurs Federgon, reprennent au Conseil National du Travail. 

Commentaires:

Jacques Michiels

Responsable de la Coordination Interim FGTB

0475 56 86 43

jacques.michiels@accg.be

Contact :  

Frank Jacobs

Service de presse

0475 79 48 70

frank.jacobs@accg.be